Le Père Noël (Alain CHABAT) est en plein désarroi. L’ensemble de ses Lutins est tombé malade après avoir contracté un virus. Le seul remède ? De la vitamine C. Pour se faire, Santa CLAUS devra aller visiter les humains, et tenter de sauver Noël.

Dans le paysage du cinéma français, il y a forcément quelques cinéastes à suivre. Après Albert DUPONTEL et son Au Revoir Là-Haut, c’est au tour d’Alain CHABAT de revenir en force, cinq ans après Sur la Piste du Marsupilami. L’ancien Nul s’attaque ici au genre du film de Noël, délaissant le traditionnel film burlesque et déjanté qu’il est capable de faire. Un nouvel exercice, de nouveaux comédiens pour l’épauler… Est-ce qu’Alain CHABAT veut tourner une sorte de page cinématographique ?

Aux premiers abords, Santa & Cie peut être vu comme un simple film de Noël, distribué en décembre et oublié en janvier. Seulement, ce n’est pas n’importe quel film de Noël. C’est un film de Noël, réalisé par Alain CHABAT.

Toujours déjanté et ingénieux dans ces films, le réalisateur français nous donne à boire et à manger dans sa dernière invention. Alors précisons-le tout de suite, oui Santa & Cie est le film le plus sage et tranquille du réalisateur français (toutefois, il a dit que son prochain devrait être nettement plus dérangé. On a hâte !). Cela ne veut pas dire pour autant que l’on perde toute sa finesse, son trait d’humour, ses petites blagues dispersées à travers le film. Clairement destiné aux enfants comme aux adultes, le film nous plonge dans une aventure des plus amusantes, avec plusieurs rebondissements et péripéties, tant et si bien que l’on ne s’ennuie à aucun moment.

Alain chabat est le père noël dans Santa et cie

La force de Santa & Cie réside surtout dans son casting. Si CHABAT reste égal à lui-même (c’est-à-dire excellent dans tout ce qu’il touche), il est ici accompagné de petits nouveaux (que les amateurs de cinéma connaissent bien) avec notamment Pio MARMAÏ (Le Dernier Jour du Reste de ta Vie) et Golshifteh FARAHANI (Syngué Sabour – Pierre de Patience et également vue dans quelques blockbusters hollywoodiens à l’image d’Exodus ou Pirates des Caraïbes – La Vengeance de Salazar).

Les deux acteurs, ici un couple parisien perdu dans la routine et les tracas du quotidien, fait le sel de ce conte de Noël burlesque. Santa débarque en effet dans un Paris des plus… parisiens. Après quelques blagues et situations plutôt évidentes (mais bien trouvées et tournées, comme sait le faire le réalisateur), Alain CHABAT permet surtout à ses personnages de renverser un peu d’huile sur le feu. Le spectateur attentif verra quelques critiques, quelques piques lancées à l’image de la France, de sa société.

Car le cinéma d’Alain CHABAT, c’est avant tout un cinéma de précision. C’est un genre où les blagues fusent, mais sur plusieurs plans. Car il faut faire attention au moindre détail, pour se rendre compte que Santa & Cie est bien plus riche que certains ne le pensent. Entre références à d’anciens films, motifs récurrents, petits détails, on en a pour tous les goûts et c’est avec un plaisir non dissimulé que l’on s’amuse à chercher dans chaque plan le petit « plus ».

Audrey Tautou

On parle de l’argent, de la politique, de la place du bonheur et de l’enfance dans la société que l’on côtoie. Un regard qui se veut naïf mais qui est en réalité touche en plein cœur. On ne perd jamais en rythme, et malgré une musique un peu faiblarde, on suit ces personnages dans leurs péripéties. Chaque acteur est à sa place (mention spéciale aux enfants, brillants et volant parfois la vedette aux plus grands), et les quelques invités (on vous laisse la surprise de les découvrir, ils sont nombreux) feront rire aux éclats les spectateurs.

On passe un excellent moment, et le film se permet même d’inclure des effets visuels du plus bel effet, avec un réel univers. Et pour un film francophone, c’est suffisamment rare pour être remarqué ! De toute manière, c’est un film d’Alain CHABAT alors il faut le voir. Un point c’est tout !

P

Les points positifs

  • Alain Chabat
  • Le casting
  • L’univers visuel
O

Les points négatifs

  • Manque peut-être d’un peu de folie
  • La bande son, peu mémorable