Le roi Arthur : La légende d’excalibur est un film d’aventure fantastique de Guy Ritchie sorti le 17 Mai 2017.

Suite à l’assassinat de son père, le Roi Uther, par son oncle, le mage Vortigern, le petit Arthur est élevé dans un bordel de Londinum. Les années ont passés et Arthur est devenu un adulte, gérant le bordel qui l’a recueilli. C’est alors qu’un jour, les eaux entourant le château de Camelot se retirèrent laissant apparaître l’épée Excalibur. Comprenant que l’enfant de la ligné royale avait survécu, Vortigern va tout faire pour trouver et tuer cet enfant qui lui avait échappé. Il pourra alors jouir du pouvoir de l’épée et l’ajouter à sa propre puissance maléfique. Arthur ne sachant pas qui il est réellement va se retrouvé embarqué dans une aventure où il va devoir faire face à son passé pour garantir un futur à son peuple.

Le roi Arthur, la légende d'excalibur, l'armée des éléphants

Ce film est un doux mélange entre claque visuelle et sonore. Le film commence sur une scène épique avec des éléphants titanesques, ajouté à cela, et parce que quand même un éléphant géant ce n’est pas assez, une pyramide ET EN HAUT DE CETTE PYRAMIDE, UNE ÉNORME FLAMME MAGIQUE ! Voilà qui annonce un petit film avec vraiment un tout petit budget, si si vraiment.

Ajoutez des scènes de combats, avec un Arthur face à 15-20 méchants, une prise en main de main de l’épée et c’est parti pour des attaques en slow motion sur travellings, rendant l’action plus intense. Dommage qu’il faille attendre plus d’un tiers du film avant de revoir cette fameuse épée.

Mélangeons tout ça avec les compositions Celtico/Médiévales de Daniel Pemberton, et vous obtiendrez des scènes magnifiques, que ce soit par les combats que par l’aventure d’Arthur.

Guy Ritchie a repris un peu la formule gagnante de Sherlock Holmes. En utilisant les travellings pendant les slows motions, il donne du rythme. En mêlant des flackbacks pendant les scènes de dialogue, il donne du dynamisme à des phases qui pourrait ralentir le film. En invitant Jude Law, il apporte un visage familier. Bref, du début à la fin on voit que tout a été pensé pour que le spectateur n’ait aucun moment de répit et lassitude.

Il le prouve d’ailleurs par cette scène où l’on voit Arthur passer de l’enfance à l’âge adulte en moins de 2 minutes grâce. Il nous montre juste des phases clés de sa vie et de son évolution dans le monde.

Le roi Arthur, la légende d'excalibur, Bedivere et Arthur
Le roi Arthur, la légende d'excalibur, Vortigern

Au point de vue du casting, là on est sur du grand standing. Entre Charlie Hunnam qui interprète un rôle plutôt en mode Thug Life d’Arthur, Jude Law, déjà convaincant en Mr Watson dans les Sherlock Holmes, joue le rôle de du méchant mage.

On peut aussi citer Djimon Hounsou, qui a joué notamment dans Blood Diamond ou Constantine, Eric Bana, acteur dans Troie et Star Trek, ou encore Aidan Gillen alias Littlefinger dans Game of Thrones.

Mention spéciale à David Beckham qui a dû avoir droit à un bon gros chèque pour ses 30 secondes d’apparition et ses 2 phrases. . . Vous l’avez loupé ? Ce n’est pas bien grave.

P

Les points positifs

  • Une bande son magnifique
  • Du rythme dans les effets
O

Les points négatifs

  • Une fois l’épée en main, Arthur est invincible