C’est la guerre dans la vallée. Pour réussir à être libre, une tribu d’hommes des cavernes menée par Doug (Pierre NINEY) va devoir affronter la terrible armée de bronze. Le lieu de l’affrontement ? Un stade. Les armes ? Un ballon de football.

Les créateurs de Wallace et Gromit nous reviennent en force avec leur dernier-né, Cro Man. Entre deux Shaun le Mouton, Aardman nous propose une virée dans la préhistoire, dans un film d’animation aussi décalé que réussi.

Dug

Dans chacun de ses courts-métrages, le studio Aardman (souvent mené par Nick PARK) a toujours lié le plaisir d’une animation faite à la main (pâte à modeler) avec un aspect britannique des plus osés, au côté loufoque et comique.

Partant dans le registre de la préhistoire, le studio anglais tente ici une approche anachronique, en décidant de faire s’affronter deux tribus sur le modèle du football. Un postulat de départ qui peut sembler assez vulgaire et auquel on peut s’attendre à un lot de péripéties bien précises, mais pourtant…

Nick PARK s’implique toujours autant dans ses réalisations, et nous offre ici une aventure des plus réussies, aux personnages attachants et à l’ambiance très particulière. Comme à son habitude, le réalisateur ne cache pas ses inspirations, met quelques clins d’œil, des blagues en arrière-plan, des dialogues qui peuvent cacher un texte plus subtil.

Bobnar et Dug
cro man

On retrouve du Monty Python, bien sûr, mais également certains traits d’Alain CHABAT, notamment avec son RRRrrrr !!!, ce qui offre un caractère encore plus plaisant à Cro Man.

Sachant élégamment doser le scénario avec l’humour, le dernier né des écuries Aardman est réellement une perle d’animation. Le fait d’user encore de pâte à modeler livre un cachet d’authentique, l’amour d’un studio pour ses créations. Chaque personnage vibre le savoir-faire, et enfants comme adultes prendront du plaisir durant tout le film.

On peut seulement regretter l’absence de quelques idées qui auraient pu hisser ce Cro Man au niveau d’un Wallace & Gromit ou d’un Chicken Run, mais ce film reste tout de même d’excellente facture, un plaisir non feint face au paysage cinématographique d’animation actuel.