Après les évènements de Captain America – Civil War, T’Challa (Chadwick BOSEMAN) doit rentrer dans son pays, le Wakanda, pour devenir roi. Mais une menace plus grande plane sur le trône, et le Black Panther va devoir faire face pour sauver son peuple.

Marvel Studios et ses films à la chaîne… On l’a redit plusieurs fois, mais on ne croyait pas aux nouveaux films de la Maison des Idées. Méchants fades, musiques transparentes, humour omniprésent… Après un Thor – Ragnarok des plus détestables, Kevin FEIGE et sa bande attaquent 2018 d’un pas décidé. Car suite à ce Black Panther qui annonçait son lot de promesses, le studio fête ses dix ans d’existence en lançant la bombe Avengers – Infinity War qui réunira tous les personnages croisés jusque là dans les divers films Marvel Studios. Un film de titan. Mais avant cela, Ryan COOGLER et son Black Panther. Et force est de dire que le réalisateur de Creed – L’Héritage de Rocky Balboa maîtrise son sujet.

Lui c'est le black panter, protecteur du Wakanda

Si 2017 était une année chaste pour Marvel Studios (malgré un Spider-Man – Homecoming réussi), 2018 risque d’être son sacrement ultime. Parce qu’on ne va pas tergiverser pendant des lignes, Black Panther de Ryan COOGLER est excellent.

Le réalisateur y met du cœur, planche sur le sujet, et on le ressent du début à la fin du film. Black Panther est habité par une force. Une force scénaristique, une force visuelle, une force basée sur ses personnages…

En termes de scénario pur et dur, on reste sur du classique, et les évènements s’enchaînent avec un caractère prévisible. Mais malgré cela, on retrouve quelque chose de ce film.

Nakia entourée de ses gardes

Après son apparition dans Captain America – Civil War, T’Challa prend toute sa mesure dans le film qui lui est consacré. Imposant, charismatique, le personnage est interprété avec brio par Chadwick BOSEMAN qui devient l’un des meilleurs personnages Marvel Studios depuis Iron Man. Autour de lui, un florilège de personnages secondaires. Et ils sont tous bons.

M'Baku

Aucun n’est en-dessus, en-dessous… Ils ont tous leur importance. On retient surtout un vilain emblématique (un fait rare chez Marvel Studios, malgré quelques exceptions avec Loki ou le Vautour) incarné par Michael B. JORDAN (acteur fétiche de Ryan COOGLER) et qui ici brille sur tous les tableaux.

Charismatique, puissant, compréhensif… Enfin un vilain avec des enjeux, une histoire, des motivations crédibles. Le tout sur fond d’histoire afro-américaine, renvoyant à la société actuelle, aux clivages politiques et sociaux.

Car Black Panther n’est pas seulement un film de super-héros. C’est également un film politique, engagé, avec de réels messages qui décrivent des décennies d’histoire. Ryan COOGLER décrit tout une culture, avec ses traditions et son héritage. Décors magnifiques, musique somptueuse de Ludwig GÖRANSSON (tandis que Kendrick LAMAR signe une bande-originale des plus motivées) …

Un film qui a du cœur, et on le ressent. Cependant, tout n’est pas à féliciter, puisque on retrouve certains effets spéciaux plutôt ratés, ainsi qu’un scénario assez prévisible. Mais cela fait en réalité bien peu face au travail du réalisateur et de son casting. Une belle réussite.

P

Les points positifs

  • Casting
  • Propos engagés
  • Très beau
O

Les points négatifs

  • Scénario un peu prévisible
  • Quelques effets spéciaux