Bioshock Infinite est FPS d’aventure, édité par 2K Games et développé par Irrational Games. Il est sorti le 26 Mars 2013 sur PC, PS3 et Xbox360.

Bienvenue à Columbia, une ville composée d’une multitude de petites îles volantes. Nous incarnons Booker DeWitt, un détective privé qui est chargé de récupérer Elizabeth pour régler une dette. Mais il va rapidement se rendre compte que les habitants de cette ville sont complètement endoctrinés par un leader qui s’est auto-proclamé Le Prophète, alias Zachary Comstock. Il va découvrir aussi l’existence de Tonics. C’est une substance qui permet, une fois absorbé, d’acquérir différent pouvoirs tel que l’envoi de corbeaux meurtrier, La possession d’ennemis ou encore l’électrocution. Mais Elizabeth possède un pouvoir spécial, elle peut ouvrir des brèches à travers le temps et l’espace. Nous découvrons alors qu’il est possible de changer le court de l’histoire ou tout simplement obtenir de l’aide en faisant apparaître des armes ou des alliés via quelques brèches.

Bioshock infinite, bienvenue à Colombia

Au final, ce qui devait être un simple règlement de dette va se transformer en une quête du savoir. Qui sont réellement Elizabeth, Comstock et DeWitt ? J’ai personnellement adoré ce jeu qui arrive à lentement te retourner le cerveau avec des personnages devenant de plus en plus fou ou comprenant enfin la réalité des choses.

Le jeu nous plonge au début de l’histoire dans une ambiance très gaie, très heureuse voire trop heureuse pour être vraie avec une forte luminosité et des couleurs claires. Et plus le temps passe, plus le ciel s’assombri, les rues deviennent sales et les gens ont la vie dure. Les personnages aussi changent. Elizabeth qui est une incarnation type de l’innocence au départ devient quelqu’un de tout autre au fur et à mesure qu’on avance dans le jeu. Elle en vient même à se trancher les cheveux, tranchant par la même occasion l’ambiance du jeu, en le rendant plus noir.

Le Gameplay n’est pas forcément évident et j’ai dû changer l’emplacement de certaines actions pour pouvoir être confortable dans mon gameplay. Notamment pour pouvoir passer rapidement d’un pouvoir à un autre ou encore pour changer d’arme. Mais pour le reste, si vous êtes bien organisé dans votre attirail, vous pourrez largement passer tous les ennemis et toutes les serrures très facilement. J’ai utilisé à 85% la carabine qui, pour moi, est l’arme qui a le meilleur ratio entre précision, vitesse de tir, puissance de feu et capacité du chargeur. Et si vous n’avez pas le temps de chercher des munitions, Elizabeth vous en trouve. Vous n’avez pas le temps de faire toutes les poubelles pour trouver de l’argent, Elizabeth vous en trouve. En fait, elle est votre meilleur compagnon, un peu comme le chien de Fallout 4.

Bioshock infinite, le Gameplay
Bioshock infinite, Elizabeth

Dommage que l’on ai pas un jeu à choix multiples et donc à fins multiples comme par exemple dans Dishonored où chaque action à une conséquence pour la suite. Ici tout est scripté du début à la fin. Alors qu’avec un personnage comme Elizabeth, qui peut créer des failles à travers le temps et l’espace, on pourrait voir plusieurs histoires se former selon les choix du joueur. Peut-être le verrons-nous dans un prochain opus.

P

Les points positifs

  • L’ambiance de plus en plus sombre
O

Les points négatifs

  • Trop scripté