Étant assigné à résidence depuis maintenant deux ans, Scott LANG (Paul RUDD) tente de rester dans les clous jusqu’à la fin de sa surveillance. Mais Hank PYM (Michael DOUGLAS) et Hope VAN DYNE (Evangeline LILLY), tous deux criminels en fuite, reviennent vers lui. Ant-Man et la Guêpe doivent se lancer dans une course contre la montre afin de retrouver la disparue Janet VAN DYNE (Michelle PFEIFFER) et accessoirement… sauver le monde ?

Une fois passées les déferlantes Black Panther (Ryan COOGLER, 2017) et Avengers – Infinity War (Joe et Anthony RUSSO, 2017), il est temps de retrouver les aventures du plus petit des Avengers, Ant-Man. En nous laissant sans nouvelles depuis Captain America – Civil War (Joe et Anthony RUSSO, 2016) en 2016, Scott LANG revient ici toujours accompagné de Hank PYM et sa fille Hope, qui devient la Guêpe pour voler la vedette à son partenaire. Une suite moins prise de tête que le dernier Avengers, plus légère et à prendre telle qu’elle est : une suite des plus explosives.

GiAnt-Man

Sorti en 2014 à la suite de quelques problèmes de direction (où Peyton REED était appelé en renfort après le désistement/renvoi de Edgar WRIGHT), Ant-Man se posait déjà comme un film sans prétention, sorte de petite détente super-héroïque qui faisait la transition entre les deux mastodontes qu’étaient Avengers – L’Ère d’Ultron (Joss WHEDON, 2015) et Captain America – Civil War. C’est ici le même cas, où la suite des aventures de Scott et Hope fait office de petite douceur entre un Avengers – Infinity War des plus démentiels et le futur Captain Marvel (Anna BODEN et Ryan FLECK, 2019) qui sera intimement lié à Avengers 4 (Joe et Anthony RUSSO, 2019).

Le ton est tout de suite donné, Ant-Man et la Guêpe joue à fond la carte du dérisoire et de l’humour. Fini le dramatique et les enjeux retentissants, place à un scénario digne d’un Mission : Impossible. Le film est une course-poursuite de deux heures, où l’ennui ne s’installe à aucun moment et où les personnages s’enchaînent les uns après les autres. On retrouve Laurence FISHBURNE (qui décide de quitter la Distinguée Concurrence pour aller à la Maison des Idées), Michelle PFEIFFER (qui suit le même parcours en passant du rôle de Catwoman à celui de la Guêpe d’origine), Walton GOGGINS (toujours en méchant après Tomb Raider [Roar UTHAUG, 2018]), Hannah JOHN-KAMEN en Fantôme plutôt convaincant…

La guêpe et Ant-Man
Ava alias Ghost

Du premier volet on retrouvera la famille de Scott mais surtout ses associés mené par un Michael PEÑA toujours au top ! Peyton REED offre à nos protagonistes une course-poursuite haletante, mêlant quelques bonnes idées toujours sur la notion de taille et de perspective. On saluera une scène qui fait par ailleurs énormément penser à Deadpool 2 (David LEITCH, 2018), et qui se révèle assez intelligente.

Néanmoins, pour qui a apprécié le premier volet, cette suite n’apportera pas tellement son lot de nouveautés. Un certain classicisme s’installe, laissant place à une routine certes divertissante mais prévisible par endroits. Mais cela se révèle plutôt insignifiant puisque on ne boude pas notre plaisir face à tant d’action, d’humour et de personnages maîtrisés. Evangeline LILLY brille en tête d’affiche, rendant enfin hommage à ce célèbre duo des comic-books, tandis que Paul RUDD continue de s’affirmer en choix évident pour Ant-Man. Un petit amuse-gueule bien sympathique, qui ne fait qu’attiser notre attente pour le volet final des Avengers l’an prochain.

P

Les points positifs

  • Divertissant et explosif
  • Les personnages
  • L’humour
O

Les points négatifs

  • Déjà-Vu
  • Prévisible